Mélifaro: le début…

Les vrais chats sont des maîtres de la survivance. Quel autre animal est nourri non parce qu’il est utile, ou parce qu’il garde la maison, ou pour sa jolie voix, mais parce que quand il est rassasié il est content ? Et il ronronne. Le ronronnement est très important.

Terry Pratchett «Sacrés Chats!»



 
Mélifaro: premier jour dans sa nouvelle maison

Au moment où j’ai décidé d’adopter un chat, j’avais déjà eu une certaine expérience avec les félins. (Mélifaro est mon troisième chat). Donc, j’ai pris cette décision sérieusement et de manière responsable. L’année était absolument instable et il m’était donc très difficile de dire si je restais en France ou si je partais ailleurs. Bien entendu, j’ai envisagé le pire et même trouvé pour mon futur chat, le cas échéant, une la nouvelle maison. J’ai essayé de ne pas penser que la séparation m’arracherait le cœur. Enfin, on ne peut pas être si pessimiste ! Alors, la décision est prise, il faut maintenant trouver un chat.

La chose importante est que j’ai absolument voulu avoir un chat roux. Étonnant, n’est pas ? Avez-vous vu la couleur de ma crinière? Bon, j’ai commencé à passer les appels, et à chaque fois, on m’a dit: « il ne reste plus des rouquins (le dernier vient juste d’être pris, en seulement quelques minutes, quel dommage, bla bla bla) ». Alors, j’ai mis l’annonce moi-même : cherche un chaton, roux, âgé de 10 semaines. Après quelques heures: la surprise ! On me contacte, voilà, chaton disponible, roux, mâle, vient tout juste d’avoir 10 semaines, venez le récupérer. Bon, comme tout en Europe, ce n’est pas gratuit. Mais, 120€ pour un chaton vacciné me semble raisonnable…

10 jours plus tard – 10 fois plus sérieux

Le lendemain, le 4 novembre 2008, j’arrive à l’adresse indiquée pour récupérer ma boule des poils. Sans les longs coups de chapeau, je donne l’argent et je prends le petit. Quand le chat est vacciné, c’est noté dans son carnet de santé, maintenant je le sais. A l’époque, bien évidemment, ils ne m’ont rien donné. Genre, croyez nous sur parole. Aujourd’hui, en revoyant tous les détails, je peux dire que cette affaire n’était pas très nette. Par exemple, dans l’appartement, il n’y avait pas de maman-chat. Je pense que le chaton était tout simplement volé.

Quelques minutes plus tard, dans la voiture, je me suis rendu compte que le petit était couvert des puces. J’ai toute de suite essayé de rappeler les « propriétaires précédents », mais c’est sans surprise que je tombe sur leurs répondeur. Et pourtant, je viens de partir de chez eux. Bien évidemment, j’ai laissé un message avec tous ce que je pense des gens qui traitent mal les animaux en général et d’eux en particulier. J’ai reçu la réponse par SMS (SMS !!! Ils n’ont même pas eu le courage de m’affronter au téléphone !). « Si vous ne le voulez pas, on le reprend et on vous rembourse ». Il n’était pas question de rendre le chaton, avec la quantité des puces sur son petit corps, il ne tiendrait pas une semaine, surtout chez eux. Je me suis bien retenue de répondre quelque chose dans le genre: « allez crever ! ». Mais, je suis persuadée, que cet argent ne leur a apporté aucun bien.

Après, le vétérinaire m’a dit que le chaton était bien plus petit que 10 semaines. Pas étonnant, je peux dire. La bonne chose est qu’il savait manger tout seul. Par contre il s’est collé à moi à demeure et faisait des sabotages dès que je le laissais seul, même pour une heure. Heureusement c’est passé après quelques semaines. Il a grandi et est devenu indépendant et autonome.

Le nom Mélifaro vient des livres de Max Frei. Dans ses histoires, il y avait un personnage, qui était roux, ne tenait pas en place, et était toujours de bonne humeur. Bon, c’est vrai que la question d’humeur de Mélifaro, le chat, pose des doutes. car il regarde tout le monde avec méprise.

 

=^.^= Page Facebook de Mélifaro =^.^=

 

Posted on in Sa Majesté à Quatre Pattes